Pages

Nos téléphones portables nous espionnent mais il n'y a pas de quoi s'affoler

Je vais vous raconter une histoire banale, le déroulement d'un repas de midi, d'un déjeuner d'été comme il s'en passe souvent dans nos campagnes.

Donc imaginez trois amis dans une maison préparaient un repas, la maîtresse de maison à la cuisine qui accommodait une salade avec une sauce dont elle seule a le secret, dehors sur la terrasse un copain retournait les saucisses sur un barbecue et ma pomme qui mettant le couvert dans une ambiance bon enfant accompagnée des notes de musique de ZZ Top. En un mot, il y régnait comme un air de vacances.

Certes, ce n'est n'est pas ici Tahiti, et on était loin de Châtelet les Halles, ligne 1, mais pour vous donner un aperçu de l'ambiance je vous propose d'admirer la toile d'Honoré Daumier, le Déjeuné à la campagne.

Mais à l'heure de se mettre à table, à côté de la chaîne stéréo, j'ai branché mon smartphone afin de recharger la batterie et nous avons commencé le repas que nous salivions depuis un bon moment.

Cellier des Dauphins

Nous avons discuté de choses et d'autres, de la météo, du jardin potager et de la situation du covid-19 en  France et dans le monde, de l'amour incommensurable que portent les chihuahuas à leur maître.

Quand soudain ! J'utilise cette expression pour éveiller votre attention car j'ai senti que quelques lecteurs commençaient à somnoler... Donc, quand soudain le copain me proposa un verre de rouge, en fait il m'offrit une petite bouteille de 25 cl. du Cellier des Dauphins, en me disant : tu vois 25 cl. ça fait deux verres de vin, tu pourras conduire sans problème, le problème était-ce les tuniques bleues ?

Plus tard, en début de soirée, j'utilisais mon smartphone car j'attendais un courriel. Et un message de mon compte Gmail m’intrigua ; il m’annonçait que j'avais des notifications sur Instagam, un réseau social de partage de photographies créé en 2010 et racheté par Facebook. 

Je regardais de très belle photos de la région quand soudain, je vis une publicité qui me fit sursauter. Ce n'était pas la dernière publicité mais la première, et, elle concernait, tenez-vous bien, la promotion du vin : le Cellier des Dauphins. Or jamais, je n'ai fait de recherche sur le web sur cette entreprise viticole... et j'ai trouvé cette coïncidence pour le moins bizarre car le même jour on a parlé de ce vin à table et le même jour cette publicité est apparue dans le fil d'actualités d' Instagram.

 

Publicité consécutive

C'est la coïncidence de trop !  Car j'avais déjà remarqué ce genre de "synchronicités " qui m'avaient amené à de longues et passionnantes discussions avant de faire des recherches sur le WEB,  où l'on trouve d'intéressantes informations, notamment celles des ingénieurs de chez Hosen qui nous expliquent le fonctionnement de certaines applications et nous mettent en garde de leurs insidieuses fonctionnalités. 

Car, il faut savoir que lorsque vous téléchargez une application sur votre smartphone, il en existe des milliers, on donne aussi des droits, des autorisations si vous préférez, pour permettre à l'entreprise qui nous l'offre d'accéder librement à de nombreuses données personnelles stockées dans nos smartphones.

Comme l'application Waze créée par le chercheur israélien, Ehud Shabtai et rachetée par Google en 2013. C'est une appli qui a accès à la caméra et peut écouter tout ce qui se passe autour du téléphone et en permanence, pour une finalité que l'on ne connait pas forcément. 

Et Waze n'est qu'un exemple parmi d'autres applications qui envoient, on ne sait où,  vos images, votre agenda, vos mails, vos SMS, vos MMS, vos appels reçus ou émis, et le contenu de la mémoire. 

En un mot tout ce que contient votre smartphone ou votre tablette peut être vendu avec votre consentement, puisque vous avez téléchargé ces applications en autorisant l'accès aux données du téléphone. D'ailleurs vous n'aviez pas le choix car l'autorisation aux données personnelles, voire très personnelles est la condition sine qua non au fonctionnement de ces applications.   

Mais pas de panique, si nos téléphones portables nous espionnent, s’emparent du contenu de nos smartphones ce n'est pas trop pas grave pour un particulier comme mésaventure mais cela ne dit long sur notre monde.